08 EN JUXTAPOSANT SES DERNIÈRES CRÉATIONS A SES PREMIÈRES TOILES, ÉVELYNE-WINOCQ DEBEIRE PARTAGE AVEC NOUS L'ÉVOLUTION DE SON REGARD. A DÉCOUVRIR AU KRAN ET A LA GALERIE ARTS PLURIELS.

Évelyne-Winocq Debeire se souvient très bien du jour où elle a décidé d'être peintre "C'était à l'Erban (École régionale des Beaux-Arts de Nantes) en 1998, à la fin du diplôme de troisième année. J'étais proche de quelque chose que ni la sculpture ou la photo ne pouvaient satisfaire." Et même si la notion de mission n'appartient pas à son vocabulaire, ele ne lui paraît pas absurde. "La peinture va à l'encontre du monde actuel. L'huile et la gravure m'imposent des contraintes qui m'intéressent. Que ce soit le temps de séchage ou les 20 étapes de la gravure sur cuivre, je ne choisis jamais la facilité pour obtenir l'image."

 Le temps peut donc tourner aussi vite qu'il le veut. Peu à peu, elle établit un lien avec cette nature, perçoit une branche, un feuillage. "A chaque fois que je commence, je ne sais pas du tout ce que la toile va devenir." A travers la matière dense de sa peinture la lumière perce, provoque les couleurs, convoque des atmosphères. Vingt toiles datant des dix premières années se confrontent aux dernières créations. Les couleurs qui autrefois sortaient directement du tube, aujourd'hui se mélangent. Ces paysages ligériens, que le peintre dépose sur ses toiles, Evelyne-Winocq Debeire les porte en elle depuis l'enfance.

V. Potiron, Ouest-France du 5 octobre 09